Entretien avec l’athlète George Foster | Le blog du trail | SportsShoes.com
Entretien avec l’athlète George Foster

Entretien avec l’athlète George Foster

Entretien avec l’athlète George Foster

Rédigé par: SportsShoes

Interview par Ben Mounsey

L'athlète Scott et coureur de fond George Foster a récemment réalisé le deuxième temps le plus rapide de l'histoire au Bob Graham Round au Royaume-Uni, dans un temps étonnant de 13 heures et 44 minutes. Ce temps a éclipsé de peu le record de longue date de 13:53 établi par Billy Bland en 1982, sans toutefois battre le FKT* de 12:52, réalisé par Kilian Jornet en 2018. Nous avons rencontré George pour discuter de cette incroyable performance.

*Vous n'êtes pas sûr de ce que signifie vraiment un FKT - ou Fastest Known Time - ? Consultez notre guide, Qu'est-ce qu'un FKT et comment démarrer.

Salut George ! Tout d'abord, félicitations pour ce nouveau record au Bob Graham ! Depuis combien de temps y songeais-tu?

Merci Ben. Si je me souviens bien, j'y ai pensé vers la mi-septembre après que les essais pour les championnats mondiaux de course de montagne longue distance aient été annulés, donc environ 3-4 semaines avant la course ?

Tu as été blessé au début de l'année pendant une longue période et as souffert d'une fracture de fatigue. Peux-tu nous en dire plus sur cette blessure et sur la façon dont elle t'a affecté ? De plus, comment as-tu réussi à te rétablir pour pouvoir ensuite réaliser cette performance impressionnante ?

Oui, j'ai développé une fracture de stress au niveau du pied provoquée par un mauvais ravitaillement et un apport d'énergie insuffisant. Je venais de passer un moment formidable sur le continent et aux États-Unis, à courir au meilleur de ma forme, du moins la meilleure depuis un certain temps. J'ai (à tort) assimilé mon niveau de performance à ma légèreté (je pense que je ne pesais plus que 69 kg à un moment donné, contre 73 kg habituellement), sans même pensé une minute que ces 8 semaines de course en altitude, sans rien d'autre à faire que de manger et dormir, y était pour quelque chose ! Je n'ai pas donné à mon corps la bonne quantité de nourriture et de récupération dont il avait besoin, malgré les bons conseils de mon entourage, et il va sans dire que cela m'a rattrapé.

Je ne dirais pas que ma récupération fut miraculeuse. J'ai abandonné l'entraînement pendant environ 4 mois, ce qui est, je pense, normal pour ce type de blessure. J'ai ensuite suivi environ 6 mois d'excellent et constant entraînement des jambes qui m'ont conduit au BG. N'importe qui peut se remettre d'aplomb en six mois !

Avant ta tentative, je sais que tu étais convaincu de pouvoir passer en dessous des 14 heures et disputer le temps détenu par Billy Bland. Qu'est-ce qui t'a inspiré une telle confiance ?

J'avais eu quelques bons mois d'entraînement sous la direction experte de Martin Cox, couplés à un beau mois course en Suisse. Je savais donc que je me déplaçais plutôt bien en terrain montagneux.

Je suis de Keswick, donc je dirais que je connaissais bien le BG après l'avoir moi-même couru en 2015, et de nombreuses tentatives en été et en hiver au fil des ans.

Cela dit, j'étais vraiment intimidé par le temps de Billy avant tout cela. J'ai profité des deux derniers week-ends de septembre pour faire un petit tour de piste en pensant m'y attaquer sérieusement la fin du mois d'octobre. Le premier week-end, j'ai fait les étapes 1 et 2 le vendredi, l'étape 3 le samedi et les étapes 4 et 5 (à moité) le dimanche, le tout par un temps parfait et avec un équipement complet, de la nourriture, etc. Le week-end suivant, j'ai refait les étapes 1 et 2 le vendredi et les étapes 3, 4 et 5 (seul) le samedi, avec un équipement complet et de la nourriture. C'est lors de ce deuxième week-end, en courant seul et en transportant ce poids supplémentaire, que le temps de Billy était à ma portée. Le temps cumulé sur ces deux jours a été d'environ 13 heures et 30 minutes de course.

Tout s'est passé comme prévu ? As-tu connu de nombreux moments difficiles ? Quels ont été les moments forts ?

J'ai avancé l'entraînement de quelques semaines compte tenu des prévisions pour ce deuxième dimanche d'octobre presque parfaites pour cette période de l'année. Je ne me souviens d'ailleurs pas avoir vu le soleil depuis ! Cela a certainement facilité les choses et contribué à leur bon déroulement. En ce sens, ce fut une course assez prévisible, sans moments difficiles, un simple galop d'essai. Cela dit, j'étais un peu inquiet d'avoir des crampes aux mollets si tôt, ce qui a ralenti la descente plus que je ne l'anticipais, mais en fin de compte, rien à redire.

Il y a eu beaucoup de moments forts. Le lever du soleil à l'approche du sommet de Blencathra fut absolument incroyable, l'une des choses les plus magnifiques observées, tout comme le "bon présage" du Spectre de Brocken à l'approche du Raise lors de la deuxième étape. Nous nous sommes même arrêtés une minute ou deux juste pour le contempler.

Aussi ringard que cela puisse paraître, toute la journée a été un moment fort. Je ne revivrai jamais ce jour et je suis vraiment reconnaissant d'avoir pu le vivre ; parcourir les montagnes plutôt aisément avec une bande de copains, manger ce que je voulais, quand je voulais et voir ma femme et d'autres amis proches à différentes étapes de la journée fut quelque chose de vraiment, vraiment spécial.

George courant pour l’équipe Scott britannique lors de la Matterhorn Ultraks Mountain Race 2020 - Crédit photo Sportograf

George courant pour l’équipe Scott britannique lors de la Matterhorn Ultraks Mountain Race 2020 - Crédit photo Sportograf


Billy Bland a relevé le défi pour la première fois en 1976 et a été la 52e personne à terminer le tour. Lorsqu'il a établi son record en 1982, à peine plus de 200 personnes avaient réalisé cet exploit et ce chiffre approche actuellement les 2500. Dans quelle mesure le Bob Graham Round a-t-il changé depuis qu'Alan Heaton est devenu le premier membre du Bob Graham Club officiel en 1960 ?

Lorsque j'ai fait le mien pour la première fois en 2016, j'étais membre sous le numéro 2041. Dès lors, le Round a considérablement changé. Je me souviens que Dave Makin m'avait dit quel rocher il fallait chercher pour trouver la meilleure trajectoire dans l'éboulis sous Bowfell ; il y a maintenant des cairns et une trace franche qui montre le chemin, et cela en l'espace de quatre ans seulement. Je pense que c'est vraiment dommage, car cela nous éloigne de "l'aventure" du Round et j'espère qu'il n'en sera pas de même pour le Ramsay Round ou le Paddy Buckley.

Le BG est définitivement devenu une "course de trail" typique, avec des exigences de navigation relativement minimes par rapport aux homologues écossais et gallois, surtout par temps clair. Par ailleurs, avec plus de 2000 participants (et ces chiffres ne tiennent pas compte de ceux qui l'ont fait plusieurs fois), la base de connaissances est énorme, toutes les permutations de routes possibles étant déjà connues et évaluées.

Ces facteurs sont très importants dans la recherche de temps records, c'est certain, et l'absence de cette base de connaissances et l'improvisation marginale de l'itinéraire qui était la norme à l'époque de Billy, sont probablement parmi les raisons pour lesquelles Billy ne finit pas la course plus rapidement. S'il avait eu ce que nous avons aujourd'hui, ainsi qu'un record bien défini, il est probable que nous ne serions pas en train de me parler aujourd'hui d'un temps de 13:44 comme deuxième temps le plus rapide jamais enregistré, car le temps aurait été bien en dessous de cela et je serais tout juste à disputer le top 10 !

Tu as réalisé des temps intermédiaires très similaires à ceux de Billy Bland lorsqu'il établit son fameux record. L'objectif était-il de battre son temps ou visais-tu le record général ?

Oui, je me suis servi de ses temps intermédiaires comme guide et objectif, mais j'ai réalisé que tant que j'avais mes provisions à porter de main, je n'aurais pas à m'arrêter aussi longtemps, ou pas du tout, à chaque étape. Je n'ai jamais eu l'intention d'aller chercher le record de Kilian mais, et avec le recul, j'ai l'impression que dans les bonnes conditions, je pourrais prendre quelques minutes de plus sur le temps de course pour le rendre un peu plus respectable !

Beaucoup de choses ont changé au fil des années dans le domaine de la course tout terrain sur ultra longue distance - notamment des progrès significatifs en matière de matériel et de technologie. As-tu utilisé des bâtons pour ta course et quelle différence as-tu observées sur tes performances en ultra ?

J'ai utilisé des bâtons, oui. Je saisis pleinement le problème que les gens ont à leur égard, mais je ne les considère pas encore comme un avantage déterminant, au même titre que par exemple des semelles en caoutchouc agrippant, des flacons souples, des gels énergétiques ou des chaussures plus légères. Aucun de ces produits n'était disponible dans les années 80 ou 90, ce qui rend l'époque de Billy un peu plus impressionnante. Les bâtons m'ont certainement aidé, je les utilisais avec parcimonie, seulement dans les montées raides de vallées / routes, mais je les utilisais quand même.

Comment as-tu planifié l'itinéraire ? As-tu utilisé le GPS pour vous aider à trouver des trajets plus précis ?

Selon moi, le GPS n'a pas sa place en tant que principal outil de navigation ou d'aide dans les courses de fell running, donc je ne l'ai pas utilisé du tout. J'avais ma montre pour afficher l'heure, etc. mais toute la navigation aurait été faite à l'aide d'une carte et d'une boussole si nécessaire. Je comprends les arguments en faveur du GPS, mais je n'y adhère pas en ce qui concerne la course et j'ai abordé ce Round dans un esprit plus "course". Les trajectoires précises sont le fruit de mes sorties au fil des ans à apprendre le parcours et à déterminer celles qui convenaient le mieux à mes points forts. De même, et pour revenir à une question précédente, j'ai eu la chance de pouvoir profiter de la riche expérience de mes camarades de la communauté du fell running afin de déterminer quel trajet se prêtait le mieux à mon plein potentiel.

Comment t'es-tu ravitaillé pour ce défi ?

Du bon vieux riz au lait à Wasdale ! J'ai utilisé une variété de gels / gelées provenant de nombreux fabricants, ce qui était une erreur ! Je m'étais entraîné et habitué aux Mountain Fuel jellies, qui sont excellentes pour moi. Il ne m'en restait plus que quelques-unes le jour j. Je les ai rationnées et je me suis contenté de quelques autres qui n'étaient pas aussi faciles à avaler ou qui, pour une, étaient complètement immangeables. Je ne trouve pas que j'ai besoin de manger beaucoup de choses de ce genre, donc je n'ai pas trop remarqué avoir fait l'impasse sur un gel ou deux, mais j'étais vraiment conscient de la nécessité de m'approvisionner. Je me suis donc rattrapé du mieux que j'ai pu, là où j'ai pu.

Quelles sont tes principales recommandations en matière d'équipement et quels accessoires se sont avérés les plus précieux durant cette course ?

Je suis vraiment privilégié et chanceux d'être soutenu par Scott et j'ai donc utilisé leur équipement / chaussures tout au long du parcours. Comme j'ai couru le BG en octobre, c'était une matinée frisquette, ce pourquoi je portais des collants ¾ (pour femmes car ils ne font pas actuellement de version masculine), parfaits pour garder les gambettes actives et bien au chaud. J'ai changé de chaussures à Dunmail, car elles étaient trempées, et j'ai aussi retiré mes vêtements féminins (je ne me suis pas travesti depuis que j'ai travaillé avec les marines il y a 6 ans !) pour enfiler un short, car le temps s'était déjà bien réchauffé. Les chaussures que j'ai utilisées étaient des Scott Supertrac RC 2.0 : elles sont très confortables et répondent parfaitement aux exigences du fell running.

Actuellement, les records du Paddy Buckley (Pays de Galles) et du Ramsay Round (Écosse) sont détenus respectivement par les coureurs locaux Matthew Roberts et Finlay Wild. Pensez-vous qu'il soit possible de célébrer une fois de plus au Bob Graham un Anglais comme nouveau détenteur du record de Kilian ? Son temps peut-il être battu ?

C'est certain ! Pour être honnête, je trouve cette attention, aussi agréable pour l'ego qu'elle soit, assez déroutante ! Je ne suis pas vraiment en train de gagner toutes les courses du pays et de battre des records partout, et je doute même que les gens sachent qui je suis ! Je suis probablement "l'éclaireur" et je ne m'attends certainement pas à conserver le deuxième meilleur temps du BG à cette époque l'année prochaine. Est-ce que quelqu'un au Royaume-Uni peut égaler le temps de Kilian ? Oui, sans aucun doute ! Il y a deux noms que vous avez mentionnés dans la question qui pourraient lui donner du fil à retordre. Quant aux coureurs anglais, encore une fois, oui ! Nous avons de nombreux talents sur le circuit anglais, et j'espère que si je suis bon à quelque chose, c'est surtout à inspirer les autres à en faire de même. Le record de Killian est incroyable, mais il n'est pas imbattable.

J'étais dans les Lacs lorsque tu as tenté le Round en octobre et les conditions étaient loin d'être parfaites. J'étais également dans les Lacs pour voir Kilian établir le record en juin 2018, et le sol était sec, le temps était parfait et il avait sans doute l'une des meilleures équipes d'encadrement jamais réunies dans l'histoire du BG. Donc, la grande question est... comment aurais-tu couru dans des conditions plus favorables ? Et tenteras-tu de battre le record ?

Je pense qu'il serait juste de dire qu'il avait la deuxième meilleure équipe d'encadrement jamais rassemblée (ou du moins, ce serait une sacrée course de relais pour savoir qui a obtenu les plus grands honneurs). J'ai eu beaucoup de chance d'avoir un groupe de personnes aussi impressionnantes ayant couru avec moi. Ce n'est pas tout le monde qui peut demander au champion d'Europe de course en montagne de porter ses gels à sa place, ou au détenteur du record des 24 heures des Lacs de vous offrir sur demande une bouteille de 1,5 l de cola à la quatrième étape !

Les conditions, pour le mois d'octobre, étaient à peu près parfaites. Le sol était aussi ferme qu'il le serait à cette époque de l'année et la roche était, là encore, en grande partie sèche, ce qui permettait de courir plus vite. J'ai peut-être perdu 3-4 minutes par rapport aux conditions plus "estivales" à l'arrière de Skiddaw, en traversant cette zone marécageuse du Grand Calva et du Caldew, mais probablement pas beaucoup plus que cela. Peut-être que dans les conditions dont Kilian disposait, j'aurais gagné 10-15 minutes au total, mais c'est impossible à dire. Si je m'accordais un autre essai (et ce n'est pas du tout au programme), j'envisagerais d'y aller plus tôt dans l'année pour bénéficier de meilleures conditions sous les pieds, c'est certain. Mais ce n'est pas une excuse, j'ai choisi d'y aller à ce moment-là et je savais dans quoi je mettais les pieds en termes de terrain / conditions. Je n'y suis allé qu'en octobre, car je n'avais rien d'autre dans le collimateur en terme de course, c'est tout.

Parfois, on a l'impression que les gens se servent des "conditions parfaites du terrain" pour justifier le temps de Kilian, comme pour le dévaloriser. Il a fait ce que j'ai fait, et ce que tous les autres qui veulent établir un FTK feraient, en attendant et en choisissant les meilleures conditions possibles pour battre le record du Round. Pourquoi aurait-il parié sur le mauvais temps ? Ce n'est pas un imbécile que je sache !

(L) George en action durant son Bob Graham Round et (à droite) à l’arrivée de Moot Hall à Keswick – Crédit photo Sam McNally

(L) George en action durant son Bob Graham Round et (à droite) à l’arrivée de Moot Hall à Keswick – Crédit photo Sam McNally


On a beaucoup parlé de l'incroyable record de Kilian, mais plus récemment, Beth Pascall a battu le record féminin en un temps record de 14:34, battant de plus de 50 minutes l'ancien record de 15:24, établi par Jasmin Paris en 2016. Elle occupe également la 5e place au classement général des arrivées officielles de tous les temps. Parmi les deux records actuels - lequel te semble le plus impressionnant et pourquoi ?

Je pense que ce sont tous les deux des temps époustouflants.

Celui de Kilian est rapide comme l'éclair mais pas imbattable ; avec cette mentalité, il faudrait encore 36 ans avant que le record ne soit battu. Nous devrions donc faire attention à ne pas coller celui-ci sur un piédestal comme Billy le fut.

Celui de Beth est génial et je pense que celui-ci est susceptible de rester un certain temps. La vitesse qu'elle apporte en tant que coureuse de fond est bénéfique pour le BG dans son état actuel, sans compter le fait qu'elle s'échauffe à peine sur cette distance, étant habituée aux 160 km ! Pour moi, c'est l'une des performances de l'année, et quelle année !

Vous avez le même entraîneur que Beth (Martin Cox), est-ce une coïncidence que vous ayez tous les deux réalisé de grandes choses lors du Bob Graham Round ? Quelle influence et quel impact a-t-il eu sur ta carrière ?

Ce n'est pas du tout une coïncidence. Martin est le meilleur entraîneur qui soit à mon avis. Je suis la preuve vivante que vous pouvez, en effet, transformer une citrouille en carrosse.

J'ai commencé avec lui il y a environ 3 ans ½ et j'ai vu depuis d'énormes améliorations dans mes performances et mes capacités de coureur de montagne. Il apporte un large éventail d'expériences qui font de moi un athlète beaucoup plus complet et robuste. Il consacre énormément de temps et d'énergie à mon programme d'entraînement et à mes séances, étant capable de s'adapter et de régler avec précision les points qu'il juge nécessaires, sans être en aucune façon un micro-manager. Cette façon de travailler est parfaite pour moi et je lui dois beaucoup.

As-tu des conseils à donner à ceux qui souhaitent participer au Bob Graham Round ?

Allez-y et tentez le coup. Le moment où vous le faites n'a pas d'importance. Cela peut être une journée fantastique dont vous vous souviendrez pour toujours. Profitez de l'expérience.

Mais respectez le circuit. Les fells souffrent de nombreux éboulis (je comprends que je fais aussi partie du problème) et donc tout ce que vous pouvez faire pour limiter cet impact serait génial. Veuillez ramasser les déchets que vous voyez et soyez conscient de l'impact que vous pourriez avoir vous-même. Respectez également les autres visiteurs, nous essayons tous de profiter du plein air, et si les gens ne respectent pas les règles du parc national, rappelez-leur gentiment, car ils ne les connaissent pas toujours et ne font pas forcément cela par malice.

En ce qui concerne plus particulièrement le BG, il faut connaître le parcours et comprendre les conditions auxquelles vous pourriez être confronté. La pluie et le vent ne sont pas si mauvais d'habitude, mais c'est une toute autre paire de manches au bout de 15 heures de course. Les gens font des choses folles quand ils sont fatigués et des accidents inutiles peuvent se produire, et se produisent.

As-tu des conseils à donner aux autres coureurs, en particulier à ceux qui sont novices dans le domaine de la course à pied tout terrain ?

Allez-y et ne regardez pas en arrière ! Les sentiers et les montagnes sont bien mieux que les routes ! Si vous vous ennuyez et que vous n'avez plus la motivation de battre les pavés, je vous garantis que vous exorciserez ces démons en vous lançant dans la course tout-terrain. Respectez les zones où vous allez, tant en ce qui concerne les personnes qui y vivent et y travaillent que l'équipement dont vous pourriez avoir besoin pour vous assumer dans la limite de vos compétences.

L'année 2020 a été une sacrée année ! Alors, que réserve exactement l'avenir à George Foster ?

Pas grand-chose, en fait ! Je retournerai à ma routine d'entraînement et de course dès que le COVID le permettra et je verrai ce qui se passera. J'ai des objectifs, c'est sûr, mais j'ai appris cette année à être flexible et à ne pas me focaliser sur une chose en particulier.

Vous pouvez suivre George et lire d'autres de ses aventures ici. Si l'histoire de George vous a donné envie de vous mettre au trail, consultez notre blog du trail pour des conseils et plus d'inspiration, et procurez-vous tout ce dont vous pourriez avoir besoin, des chaussures de course aux sacs et accessoires, dans notre boutique du trail.


TAGS :

PayPal Direct

Attendez on est en train d'autoriser votre payment

Chargement

PayPal Direct

Please wait...

Chargement

PayPal Direct

Désolé mais il a un error avec paypal, essaie plus tard ou utilise un autre methode de payement.

Zopim Cloud Bubble
Live Chat
Loading...