Trails de prestige #4 : Patagonie

Trails de prestige #4 : Patagonie

Trails de prestige #4 : Patagonie

Rédigé par: SportsShoes

Dans notre quatrième épisode de "Trails de prestige", nous sommes rejoints par un invité très spécial, le talentueux athlète Nike, Francesco Puppi. Puppi est un membre clé de l'équipe nationale italienne de course de fond en montagne et a été champion du monde de course en montagne longue distance en 2017. Il nous parle ici de son expérience lors de l'événement de l'année dernière en Patagonie. Préparez-vous à être inspiré...

 

Le Championnat du monde de course en montagne de 2019 en Patagonie a été pour moi, en tant qu'athlète et en tant qu'être humain, quelque chose d'unique qui dépasse l'imagination.

Pour être parfaitement honnête, je n'étais même pas sûr de participer à la compétition, mais j'ai pris ma décision après avoir appris que Jim Walmsley y serait. J'étais assis au Red Rock Café à Colorado Springs, aux États-Unis, par un après-midi ensoleillé, quelques jours seulement après le marathon de Pikes Peak, en train de siroter un smoothie avec le coureur américain Joe Gray, et ma petite amie Gloria. Joe a mentionné le nom de Jim, confirmant ainsi son intention de participer à la course en Patagonie. Et c'est là que j’ai eu le déclic.

Photo credit: WMRA and Marco Gulberti

Partager la course avec Jim a été l'une de mes plus grandes récompenses. Nous avons couru intensément pendant 40 km, nous avons grimpé plus de 2100 m et nous nous sommes mutuellement poussés jusqu'au bout de nos limites. Et malgré le fait de perdre à quelques secondes près, je ne pouvais m’empêcher d’être impressionné par son cœur et son courage. Je me sentais en paix et entier, après ce jour spécial où j'ai remporté la médaille d'argent aux Championnats du monde de course en montagne en 2019.

C'était une course entre Jim et moi, dans un cadre inoubliable d'un point de vue émotionnel et technique. Les paysages de Patagonie ne ressemblent à aucun autre. Ses sommets reculés et l'immensité de ses espaces ouverts sont vraiment à couper le souffle. L'air remplit vos poumons comme si vous n'aviez jamais respiré aussi profondément auparavant.

Je suis arrivé en Argentine avec l'équipe italienne environ 10 jours avant l'événement, ce qui m'a laissé beaucoup de temps pour vérifier le parcours et rassembler toute ma force mentale et physique. Il était fondamental de se reposer correctement, en y accordant au moins autant d’importance qu'à l'entraînement. Une dernière bonne séance d'entraînement et j'étais prêt à partir. J'avais toutes les réponses dont j'avais besoin et la solidité de ma préparation suffisait à me donner confiance en moi.

Je savais que ça se jouerait entre Jim et moi. Et c'est exactement comme ça que ça s'est passé.

Avant le départ, je me suis préparé à fournir un effort extrême. Sachant que Jim partirait assez vite, je n'avais pas beaucoup de temps pour réfléchir. Alors qu’il passait la route 40 à travers Villa La Angostura, j'étais juste à côté de lui. Lors de la toute première montée, il n'y avait que lui et moi.

Photo credit: WMRA and Marco Gulberti

Après avoir couru la plus grande partie de la course avec seulement une poignée de secondes pour nous séparer, j'étais déterminé à le rattraper dans la dernière montée du Cerro Bayo, une montée brutale de 3,7 km, avec 700 m de dénivelé. Seconde par seconde, j'ai patiemment réduit l'écart qui nous séparait et je l'ai dépassé juste avant les neiges éternelles, à seulement 1 km du sommet. Après deux heures de course les plus intenses que j'aie jamais connues, nous étions de nouveau ensemble. J'avais eu mon bref moment de gloire, en le dépassant pour atteindre la première place au plus haut sommet, le souffle coupé par le vent glacé, les bras s'agitant convulsivement.

Peut-être que je n'ai pas assez de talent pour gagner une course. Il faut une détermination impitoyable pour mettre fin aux chances de son adversaire et franchir cette satanée ligne d'arrivée en première position. J'y ai réfléchi un instant. Je ne me sentais pas satisfait d’être arrivé si loin ; comme si je n'en avais pas fait assez.

J'ai perdu quelques précieuses secondes dans les 500 premiers mètres de descente. J'étais en difficulté évidente, mais après avoir retrouvé mes moyens, je savais que je pouvais continuer au moins jusqu'à l'arrivée, alors je me suis jeté à la poursuite de Jim.

En arrivant à la toute dernière section de la course, en passant des sentiers à la route, j'étais déterminé à souffrir. Je savais que ce moment viendrait : quand la douleur devient presque insupportable et qu'il faut lui donner une dimension, une forme.

En traversant les rues de Villa La Angostura, j'ai finalement payé mon effort et me suis effondré au sol, au même endroit d'où j'étais parti trois heures auparavant.

Hé Jim ! Tu es bon. Tu as gagné.

 

Pour plus d'inspiration, de conseils et de motivation, rendez-vous sur notre blog du trail. Si vous cherchez du matériel, jetez un œil à nos chaussures, vêtements et équipements de trail.

Ce billet est paru à l'origine sur le site SportsShoes.com Strava Run Club : Inspirational Trails Part 4: Patagonia.

 


TAGS :

PayPal Direct

Attendez on est en train d'autoriser votre payment

Chargement

PayPal Direct

Please wait...

Chargement

PayPal Direct

Désolé mais il a un error avec paypal, essaie plus tard ou utilise un autre methode de payement.

Zopim Cloud Bubble
Live Chat
Loading...